Le blog des topos et randonées
 
 Accueil blog des topos et randonées
 

La grotte glacée Lecherines, un premier essai très froid !


Publié le 18/12/2014 dans la rubrique « Dans le reste du monde ».

La grotte glacée Lecherines, un premier essai très froid !

Découvrez ici toutes les photos de l'expédition à la grotte Lecherines

- Expédition : Découverte de la grotte glacée Lecherines (environ 2100 mètres)
- Activités : rando / bivouac (en refuge non gardé)
- Date de l'expédition : du 6 décembre au 7 décembre 2014
- Lieu : Canfranc / Espagne / Pyrénées Espagnoles
- Produits testés : Sac de couchage grand froid Nordisk

Mon itinéraire Wikiloc : Attention, la première partie depuis Canfranc passe par la forêt (difficile), mieux vaut suivre le GR 11 au départ pour retomber un peu plus loin sur mon itinéraire Wikiloc.

Après la chaleur du Sud le l'Espagne, me voici dans son pôle Nord !

Me voila de nouveau sur les routes après une petite absence, et ces routes me mènent aujourd'hui à Canfranc. Mais attendez, ce nom me dit quelque chose… mais bien sûr ! Ce fut la première étape de mon périple pour le Sud de L'Espagne il y a quelques semaines, où je devais visiter une grande gare à l'abandon que jamais je n'ai trouvé. Sans même la chercher cette fois-ci, je suis tombé en plein dessus, mais elle n'est plus véritablement déserte, puisqu'elle est devenue le lieu d'une visite touristique.

C'est vraiment fou, tout est prétexte à faire du business touristique avec les Espagnoles, il ne restera bientôt plus aucun espace non soumis à la « taxe » du touriste, ils finiront probablement par faire payer les balades en forêt. Heureusement pour moi, je ne viens pas pour la gare aujourd'hui, je suis ici pour une randonnée dans le cœur des Pyrénées Espagnoles, pour découvrir la grotte glacée Lecherines.

En arrivant à Canfranc, je me gare sur le parking en bordure de route, c'est le lieu de départ de ma rando. Depuis le parking, je longe la route direction Villanua sur 150 mètres pour attraper le chemin de rando sur la droite, ça monte immédiatement.

  • Canfranc vu depuis le chemin de rando :

    Voir toutes les photo

    Le chemin de randonnée me conduit rapidement dans la forêt sans jamais s'arrêter de monter, je longe dans un premier temps une petite rivière parsemée de cascades façonnées par des constructions humaines, puis un escalier de pierre me fait monter, pour retrouver la suite du sentier un peu plus haut. Le chemin est une pente continue, et à monter sans cesse, je finis par rencontrer les premières traces de neige, disséminées ici et là. Même si ces premiers tapis de flocons sont discrets, ils rendent cependant le sol glissant, il me faut donc être maintenant un peu plus attentif à la marche, un peu moins flâner le museau en l'air.

    La pente semble vouloir mettre à l'épreuve mon endurance, comme si elle souhaitait me faire rencontrer Dionysos, Éros, Zeus, ou d'autres divinités célestes dans leurs demeures, mais je garde un bon rythme. De toute façon il le faut, la grotte que je veux visiter est à environs 10 kilomètres, et ceux que je franchis actuellement sont de loin les plus faciles.

    La vitesse moyenne de marche sur ce type de sentier, en étant chargé du sac de bivouac, est d'environs 2 km/h, mais elle peut rapidement chuter à 0.5 km/h en cas de mauvais temps ou lorsque que les difficultés s'accentuent, comme une neige épaisse, des pentes glissantes ou tout simplement quand le sentier cède la place à la montagne. Ainsi, la grotte est à minimum 5 heures de marche, je ne dois donc pas traîner.

    Petite pause à Fuente de los Abetazos, il est 13h57, je suis à 1340 mètres d'altitude sous un panneau qui me l'indique. Je reprends, et 15 minutes plus tard me voila à la sortie de la forêt, à Gabardito, sous un nouveau panneau m'indique maintenant 1590 mètres d'altitude, c'est une preuve indéniable que ça monte sans jamais s'arrêter.

  • L'entrée de la plaine en sortie de forêt (Gabardito / 1590 mètres) :

    Voir toutes les photo

    J'attaque maintenant une sorte de plaine qui monte en pente douce, elle serait presque reposante s'il n'y avait pas cette neige sans aucune régularité, d'un pas à l'autre, je peux m'enfoncer de 2 cm et l'instant d'après me retrouver avec de la neige jusqu'aux genoux, c'est très déplaisant comme progression. Heureusement, l'extrémité de quelques touffes d'herbe me signale les zones moins recouvertes, ce qui facilite grandement mon avancée. A mi-parcours de cette plaine, se trouve un petit refuge non gardé, posé là pour héberger les voyageurs égarés ou aventureux, le confort est spartiate, mais il dispose d'une cheminé, un point plutôt plaisant par ce froid, même si trouver du bois à cette période doit relever du défi extrême.

  • Le petit refuge non gardé au milieu de la plaine (Gabardito) :

    Voir toutes les photo

    Après la plaine, je rentre de nouveau dans la forêt, la neige est de plus en plus présente et haute, je ralentis. Si vous faites cette rando pendant les périodes enneigés, ouvrez bien les yeux sur cette partie, car le sentier n'est plus vraiment, il est, mais sous 20 cm de neige. Quelques cairns sont cependant posés par endroit, mais ils sont difficiles à dénicher sous la neige, que les souches et le bois mort veulent de plus imiter, alors ouvrez grand vos mirettes et soyez attentif au moindre détail pour passer cette forêt sans trop tourner en rond.

  • Voici un exemple de cairns (à gauche et à droite de la photo). Au milieu de la forêt, il vous faudra passer une barrière de barbelé :

    Voir toutes les photo

    À la lisière de la forêt, j'ai une belle surprise, le mauvais temps qui s'annonçait avant que j'entre dans ce bois, s'est maintenant transformé en une tempête de neige, qui m'attend, tapie sur cette nouvelle plaine, et qui m'assaille de ses bourrasques de ventes terrifiantes, dès que je quitte l'abri naturel formé par les arbres. Le vent doit souffler à plus de 90 km/h, chaque bourrasque me glace le sang et parvient même à me renverser en arrière ou m'empêcher d'avancer, ça devient très difficile de progresser. La visibilité devient aussi très mauvaise, outre la neige qui tombe en petits flocons, c'est surtout la poudreuse levée pendant les bourrasques, qui rend la visibilité nulle, et qui vient se loger dans les moindres interstices de mon équipement pour me glacer jusqu'aux os.

  • A la sortie de la forêt, la tempête m'attend, la progression devient difficile :

    Voir toutes les photo

    Si vous ne disposez pas du don de clairvoyance, il vous faudra comme moi user de beaucoup de vigilance pour ne pas mettre les pieds dans l'eau, entendu que quelques rivières se tapissent gentiment sous la neige, attendant votre passage pour céder sous votre poids et tremper vos petits pieds. Il n'y a cependant aucun réel danger dans cette partie, exception d'avoir les pieds mouillés et gelés, ce qui ne représente pas en soi un vrai danger, nous ne sommes pas au pôle Nord... enfin je me le suis demandé cette fois.

    Je franchis cette nouvelle plaine, avec de la neige jusqu'aux genoux tout le temps, et j'arrive à un vieux refuge en ruine, que les années de grand froid et de vent ont élimées jusqu'à lui ôter sa toiture, il est inutilisable. Cependant, juste à côté, une petite bâtisse fait office de nouveau refuge, cela devait être une ancienne petite étable il semblerait, une chose est sûre, c'est loin d'être un refuge tout confort, je le découvrirais un peu plus tard.

  • Le vieux refuge en ruine, sa toiture a disparue par la sévérité du climat qui règne en maître ici haut :

    Voir toutes les photo

    Comme il est tôt (15h30), je décide de tenter d'accéder à la grotte malgré la tempête, qui ne doit plus être très loin maintenant, même s'il reste la partie la plus difficile à franchir, à savoir la montagne. Je quitte les refuges, j'avance à l'aveugle, chacun de mes pas s'enfoncent dans 50 cm de neige, le vent me glace sur place et me freine, ça n'a rien d'une balade de santé. De plus, la montagne va de pair avec des risques accrus, des crevasses peuvent se nicher sous chacun de mes pas, j'use de mon piolet pour tâtonner les endroits douteux, ce qui ne m'empêche pas de me retrouver dans la neige jusqu'à la taille, en tombant dans le lit d'une rivière dissimulé sous celle-ci.

    Après une bonne heure à m'acharner pour progresser, j'ai avancé d'à peine 1 km, je décide alors de faire demi-tour pour retourner au refuge et y passer la nuit. Par cette tempête, c'est impossible de monter le bivouac et de dormir sans abri, seule la grotte m'aurait fournie une protection adéquate, mais ne l'ayant pas trouvé, je dois faire le choix de faire marche arrière avant de ne plus rien voir.

    De retour au refuge, je monte le bivouac à l'intérieur, pour la simple et bonne raison qu'il neige autant dedans que dehors, mais au moins, le vent n'est pas de la partie. Je profite d'un bref moment d'accalmie pour sortir admirer le coucher de soleil, c'est sublime pendant 40 secondes, avant que se déchaîne à nouveau la météo.

  • Les couleurs magnifiques du couché de soleil lors d'une brève accalmie de la tempête de neige :

    Voir toutes les photo

    La nuit sera fraîche, même très fraîche, environs -20° sous le refuge, heureusement que j'avais mon nouveau sac de couchage grand froid, qui a joué parfaitement son rôle, lui qui est prévu pour -15° en confort. Du coup j'ai eu un peu froid, mais rien de bien méchant, sauf quand la porte du refuge s'est ouverte à 4 heures du matin sous un vacarme de tous les diables, claquant de toutes ses forces par la violence des vents, bien que je l'avais attaché avec de la corde qui a cédée sous les assauts répétés de la tempête. Et je peux vous dire que c'est pas drôle de devoir se lever par -20° à 4h du mat, pour tenter de trouver de quoi attacher plus solidement la porte, qui ne possède aucun système de fermeture à l'intérieur (super pratique).

  • Le bivouac à l’intérieur du refuge, c'est une vraie passoire, la neige entre de partout et même ma bouteille d'eau a gelée pendant la nuit :

    Voir toutes les photo

    Au petit matin, le ciel est bleu, mais la tempête est toujours là, soufflant ces glaciales bourrasques par intermittence. Un petit dej rapide, je remballe le bivouac et je décolle de nouveau vers la montagne sans perdre de temps, à la recherche de la grotte. Ma progression n'est pas plus rapide que la veille, la neige, le vent et la pente sont autant de facteurs qui me ralentissent.

    La montée se fait dans un couloir neigeux bordé de parois rocheuses des 2 côtés, mais au bout d'un moment j'aperçois sur la gauche une échappatoire, elle permet d'accéder au surplomb de ce couloir, et bien que l'accès soit encore plus pentu et parsemé de gel que là où je me trouve, une vision fait que je m'y engouffre, celle de stalactites géantes acéré comme des aiguilles. Je monte difficilement, même le piolet peine à briser la glace pour me procurer une accroche fiable, mais je parviens à cet appentis naturel, ou juste en dessous s'est formé des belles sculptures de glace, telles des dents de requin sur une mâchoire rocheuse.

  • De magnifiques stalactites m'attendent sous cet appentis naturel :

    Voir toutes les photo

    Après cette petite halte aiguisée, je continue de monter sur ce même chemin, j'accède ainsi à des hauteurs surplombantes bien que je sois loin du sommet, mais toujours pas de grotte à l'horizon. Comme les vents soufflent toujours, que l'heure avance inexorablement et que la fatigue commence à se faire sentir, je décide de redescendre, la grotte attendra ma prochaine visite. Me voila coutumier du fait, les grottes seront pour moi des lieux qui se visitent par étape, avec à l'étape une le repérage, à l'étape 2 la tentative et à l'étape 3 l'accès. J'essaierais cependant de court-circuiter l'étape 2 lors de ma prochaine visite, pour arriver directement à l'étape 3, espérons que ça marche (à suivre...).

    Je repasse par les refuges et par la plaine, mais avant de m'enfoncer de nouveau dans la forêt, je décide de faire un petit détour, histoire d'approfondir mes connaissances du terrain, entendu qu'il me faudra revenir prochainement. C'est sur ce nouveau chemin que je fais la rencontre d'une cascade glacée vraiment magnifique, c'était donc une bonne idée ce détour. Une chose est certaine, le froid qui règne ici est capable de geler de l'eau en mouvement, c'est qu'il doit vraiment faire très froid par moment.

  • La superbe cascade de glace rencontrée par hasard au détour d'un détour :

    Voir toutes les photo

    Je retombe ensuite sur le chemin que j'ai emprunté à l'aller, je le suis un bon bout de temps avant de faire un nouveau détour, cette fois par le chemin difficile des Clavijas que j'ai aperçu la veille sur les panneaux. Les Clavijas, c'est une sorte de mini via ferrata, mais vraiment très très facile en général, et celle-là ne déroge pas à cette règle, l'indication de difficile sur les panneaux est probablement là que pour les personnes âgées ou les familles avec de jeunes enfants, rien de plus.

  • L'accès par les Clavijas, rien de bien difficile :

    Voir toutes les photo

    Ensuite, pour gagner du temps, je décide de couper à travers la forêt, se sera une très mauvaise idée, elle est dense et c'est vraiment pénible, au final je perds du temps et j'arrive en bas complètement HS, un exemple à ne pas suivre ;).

    Topo rapide :

    1. Départ derrière le parking de Canfranc (vous y trouverez un grand panneau avec des explications en Espagnole).

    2. Vous allez passer devant une vielle maison dans la forêt et un genre de portail en pierre avec des marches (avec le marquage du GR juste dessus) et une allée, avant d'arriver à une cascade.

    3. Quelques mètres avant la cascade, vous trouverez un escalier de pierre qui monte pour trouver la suite de la rando un peu plus haut.

    4. Suivez le GR 11 en direction de Gabardito, vous allez passer 2 panneaux accrochés à la roche : « Sector Dias de Lluvia » et « Fuente de la Pajeta ».

    5. A l'intersection (au panneau Gabardito 1h / Canfranc pueblo / Villanua), prendre la direction Gabardito.

    6. Vous allez passer devant une source et le panneau « Fuente de los Abetazos Altitud 1340 m », continuez pour arriver au panneau Gabardito.

    7. Au panneau « Gabardito Alt. 1590 m », continuez et traversez la plaine, vous y croiserez un refuge non gardé.

    8. Après la plaine, il faut de nouveau rentrer dans la forêt, au milieu de celle-ci vous allez devoir passer une barrière de barbelé.

    9. Après la forêt, si vous avez suivi le GR, vous devriez déboucher au pied d'une première rivière (possible qu'elle soit cachée sous la neige), il faut la franchir et monter de l'autre côté en prenant sur la droite, des cairns sont visibles en haut.

    10. Il faut presque immédiatement franchir une seconde rivière, pour déboucher sur une nouvelle plaine.

    11. Traverser la plaine en restant au centre pour tomber sur les 2 refuges, celui en ruine et le nouveau.

    12. Pour ceux qui veulent monter et prendre de la hauteur, il faut pendre au Nord-Est des refuges afin de trouver le couloir qui permet de franchir la montagne. Voilà vous êtes arrivé où je me suis arrêté.

    Pour la variante qui permet d'accéder à la cascade glacée, il suffit de longer la première rivière à l'étape 9, et 300/400 mètres plus loin se trouve la cascade sur la gauche de la rivière.

    Topo ultra rapide pour accéder au 2 refuges et monter un peu :

    Parking Canfranc > Suivre le GR 11 > Passer les panneaux : Sector Dias de Lluvia et Fuente de la Pajeta > Au poteau de la bifurcation, suivre Gabardito > Passer devant le panneau Fuente de los Abetazos > Au panneau Gabardito, traverser la plaine > A la fin de la plaine, traverser la forêt avec au milieu une barrière de barbelé > A la fin de la forêt prendre à gauche > Passer 2 rivières > Franchir la plainte au centre pour arriver aux 2 refuges > Prendre sur la droite pour trouver le couloir et monter > Vous êtes arrivé.

    Topo ultra rapide pour accéder à la cascade glacée :

    Parking Canfranc > Suivre le GR 11 > Passer les panneaux : Sector Dias de Lluvia et Fuente de la Pajeta > Au poteau de la bifurcation, suivre Gabardito > Passer devant le panneau Fuente de los Abetazos > Au panneau Gabardito, traverser la plaine > A la fin de la plaine, traverser la forêt avec au milieu une barrière de barbelé > A la fin de la forêt, remonter la première rivière sur 300/400 mètres > Vous êtes à la cascade de glace (sur la gauche).



    Guigui
    Posté le 27/09/2015

    Si tu regardes sur le site ci-dessous, tu verras les photos d'un groupe qui est monté il y a 4 ans : http://www.topopyrenees.com/randonnee-gruta-helada-de-lecherines-2064m/

    J'ai l'impression que l'entrée est sur la droite en haut de ce que tu as appelé le "couloir neigeux bordé de parois rocheuses des 2 côtés".


    Xavier / Randonnées du monde
    Posté le 27/09/2015

    Bonjour Guigui,

    Merci pour ton contact, et effectivement l'entrée se trouvait bien entre les 2 parois mentionnées, entendu que j'y suis retourné depuis et que j'ai enfin réussi à la visiter ... le manque de temps m'a simplement pas permis de mettre le récit en ligne.

    Dans tous les cas, je te remercie pour ton commentaire.

    Cordialement.
    Xavier



    Envoyer un commentaire : (*champ obligatoire)

    Email* / non divulgéPrénom / Pseudo*Site / non divulgé



  •  
    Publicités :
     



    Autres articles :
     

    Test produit : sac de couchage grand froid Victor -15° de Nordisk

    Le sac Victor -15° de Nordisk est vendu pour être ample et large, laissant du mouvement lors du sommeil, c'est plutôt un bon argument de vente, qui pourrait cependant se retourner contre lui, car plus un sac est grand, plus il est encombrant, et l'en...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 02/01/2015

    Test produit : les chaussures Salewa MS MTN trainer MID GTX

    J'inaugure réellement les Salewa MS MTN trainer MID GTX dans le désert de Bardenas Reales, lors de mon premier jour en Espagne. Je dois avouer que les premières enjambées sont curieuses, j'ai un peu la sensation de porter des chaussures de ski, je fa...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 28/11/2014

    Gavarnie sous son plus beau jour et le porche d'une grotte !

    Nous avançons dans le décor d'un vieux film en noir et blanc, où le monochrome du sol recouvert de neige contraste avec la rigueur des falaises grises qui se dessinent au loin. Puis les sapins, que nous ne savons plus être vert sous leur épais mantea...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 30/01/2015

    3 jours pour 5 via ferrata entre France et Espagne

    J'ai décidé de dénicher de mes vieux placards d'octets, mes souvenirs pixelisés et de les partager, de les faire revivre le temps d'un récit. Voilà pourquoi la chronologie de mes écrits s'en trouvera un peu chamboulée durant un temps, durant le temps...

    Lire l'article

    Article ajouté le : 25/11/2015





    Liens et partenaires / Mes sponsors :
    Découvrez-moi en cliquant ici
    Découvrez-moi en cliquant ici
    Lexique du randonneur
    Les termes de rando à connaître
    Devenez le sponsor d'un article
    Devenez le sponsor d'un article
    Mes tests produits
    Mes tests de produits
    Eaux-paradis.com, mon sponsor
    Eaux-Paradis.com, mon sponsor
    Copyright © / Randonnees-du-monde.com - Tous droits réservés- Toutes les marques, images et logos sont la propriété de leurs sites respectifs.